Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Consonances - Messages de soutien

PAROLE DE SPECTATEURS

18 Décembre 2014 , Rédigé par Festival Consonances Publié dans #Paroles de spectateurs

Quelle triste nouvelle en cette fin d'année. Nos rencontres chaque année rythmaient si agréablement la rentrée de Septembre !!
Philippe GRAFFIN et tous ses amis évoluaient dans la ville si naturellement nous présentant leurs talents si simplement ...
Pourquoi toujours devoir accepter ces coupes budgétaires si drastiques qui hélas rythment de plus en plus notre quotidien...
Merci pour toutes ces années en votre compagnie. Nos enfants auront grandi avec vous, vous leur aurez permis de découvrir à leur porte des musiciens d'exception.
Bien cordialement.

D.F.

Bonjour à toute l'équipe de Consonances,
On ne peut évidemment que partager votre tristesse à l'annonce de la fin de ce Festival qui avait acquis année après année une réputation internationale, et bien sûr s'interroger sur les raisons profondes de cette suppression. Sans doute avez-vous eu des motifs avancés que vous pourriez nous faire partager même si l'on peut s'imaginer facilement que les aspects financiers ne sont pas étrangers à cette décision.
Quoi qu'il en soit nous avons partagé avec vous des moments inoubliables et pour cela nous vous remercions. Faire parler de St-Nazaire de cette manière était inédit et remarquable.
Alors recevez toute notre gratitude et nos remerciements sincères.

J.C.H

Fidèle dès les premières rencontres Consonances, au moment où nous apprenons avec stupeur et incompréhension par la presse de ce jour, que le festival va prendre fin, je tiens à t'exprimer à toi, et à tous les bénévoles de l'association toute ma sympathie et ma reconnaissance pour tout le travail accompli pendant ces 24 années... Ce rendez-vous annuel qui égayait la rentrée va nous manquer énormément ! On aimerait comprendre....
Bien musicalement

C.B

Bonjour à toute l'équipe,
Je suis dégoûtée par la décision de la Ville et croyez que je partage tout à fait votre consternation....les arguments du maire ne tiennent pas la route..... il y avait sûrement moyen de pérenniser ces belles rencontres musicales à moindre coût!
Je vous assure de mon soutien et de ma reconnaissance par rapport aux magnifiques moments musicaux que vous avez contribué à faire vivre aux Nazairiens!!

M.F.A.M

Je redoutais le changement de municipalité et en même temps je voulais m'empêcher de noircir le tableau, parce-que c'est trop facile de toujours noircir le tableau. Mais là. Je suis sciée. Je ne pensais pas qu'après seulement quelques mois d'exercice, une nouvelle municipalité pouvait s'octroyer un droit de décision aussi autoritaire. C'est une déception immense, un gaspillage considérable que fait la municipalité de Saint-Nazaire en ne reconduisant pas sa subvention (EN INTEGRALITE, soit 156.000€) au Festival Consonances.
Chère municipalité de Saint-Nazaire, parce qu'on change d'élu, on peut balayer 20 ans d’histoire et de structuration culturelles ? Parce que la question culturelle est « moins urgente » que les autres, on peut décider de priver une ville entière de l’une de ses phalanges musicales classique? Parce que nous avons déjà un festival de musiques du monde, la Folle Journée (dans une moindre mesure), une salle de musiques actuelles, une Scène Nationale, et de l’équipement culturel, on peut se permettre d’ignorer unilatéralement un festival qui a représenté l’un des piliers de la diffusion du répertoire classique à Saint-Nazaire et dans la région?
Que faites-vous alors des lieux de diffusion qui depuis le début accueillent les concerts du Festival Consonances? Que faites-vous des spectateurs qui font le déplacement chaque année pour venir voir ces merveilleux concerts de musique de chambre ? Que faites-vous des initiatives pédagogiques, et du rayonnement territorial de cet événement? Que faites-vous de votre légitimité régionale en matière de culture ?
Les bras m’en tombent, voyons un peu votre argumentaire pour votre défense : « il reste la Folle Journée ». Croyez-vous donc que vos citoyens sont nés de la dernière pluie ? Où est l’initiative du projet de la Folle Journée? A Nantes. Ou est celle du Festival Consonances ? A Saint-Nazaire. Les spectateurs de la Folle journée NE SONT PAS ceux du Festival Consonances, l’offre de répertoire musical et la distribution artistique de Consonances N’EST PAS celle de la Folle journée: les spectateurs de la Folle Journée se déplacent en majorité pour voir les activités musicales qui se déploient à Nantes, certainement pas en priorité à Saint-Nazaire.
C'est non seulement pauvre comme proposition et comme défense, mais en plus, si vous n'aviez réfléchi seulement en termes d'économies municipales "directes", vous auriez pu vous apercevoir que le Festival Consonances est le seul festival de musique classique d’automne dans la région et qu’il est donc un moteur en la matière. Chère municipalité, vous ne devez certainement pas ignorer que son directeur artistique s’engage particulièrement dans la diffusion du répertoire classique contemporain et que c’est ce qui fait sa force et son authenticité. Vous n'ignorez pas non plus que cette défense et représentation de la création contemporaine doit et peut être soutenue et qu’elle ne sera jamais défendue en terres nazairiennes par le biais de la Folle Journée.
Vous faites honte aux acteurs de la culture, artistes, administratifs, techniciens, spectateurs, à l’association A Tempo, à ses bénévoles qui depuis 20 ans se battent pour faire vivre ce festival. Vous faites honte à des initiatives en partie nazairiennes, vous refusez de chercher à comprendre quels sont les retombées positives de cette rencontre entre la musique de chambre et son public local. Vous faites semblant d’ignorer que le public ne retrouvera jamais dans la Folle Journée ce qu’il est venu chercher dans le Festival Consonances. Vous sous-estimez le potentiel culturel et économique que représente TOUJOURS le Festival Consonances. Enfin, vous faites honte à votre ville et à ses citoyens en leur amputant l’une de leurs plus grandes initiatives en matière de culture. Il est tout simplement regrettable que vous soyez bêtement tombé dans le panneau où commencent à tomber de nombreuses municipalités pour faire des économies.
Je crois que nous avons tous un rôle, en observant cette situation et que nous devons nous interroger sur le sens de « faire des économies »: quel est en effet la légitimité de faire ces économies si vous privez vous-même votre municipalité de ses compétences en matière de culture, et ce, alors même que la réforme des collectivités territoriales va vous placer dans un terrain de concurrence rude face à vos voisins de Nantes, et vis-à-vis de la Région?
Chère municipalité, en ne reconduisant pas votre subvention au Festival Consonances, vous estimez « supprimer un événement culturel pour en sauver d’autres » ? J’estime pour ma part qu’en méprisant cet événement culturel, vous méprisez aussi tous les autres.

C via facebook

Difficile à croire... mais la musique comme la culture, devient la 5ème roue du carrosse. Merci à Joël Batteux d'avoir eu l'audace de croire en Philippe Graffin. Il a prouvé que les idées politiques peuvent porter l'art et qu'avec conviction, ensemble elles font avancer la société. Malheureusement, les temps changent... ici à Saint Nazaire en tout cas...

S.D.

Navrant, désolant, incompréhensible, ce sont les mots qui viennent lorsqu'on apprend que la Municipalité de Saint-Nazaire a décidé de priver la ville de l'une de ses plus originales et brillantes manifestations culturelles.
Merci pour tout le travail accompli, pour les joies que vous nous avez permis de connaître.
Y a-t-il encore quelque chose à faire?
Avec toute ma gratitude.

S.H

Bonjour
Depuis quelques jours, la perte de notre beau festival Consonances est le sujet des conversations entre amis mélomanes : musiciens, choristes…
La grande force des années Batteux fut le pari d’une ville solidaire ET attractive. Cette attractivité est passée notamment par la création de ce bel événement de musique de chambre. Nous avons pu écouter de très grands artistes pour un prix raisonnable, nous avons découvert des musiques plus intimistes et ainsi fait de belles rencontres. Voilà une manifestation qui tirait vers le haut Saint-Nazaire et les Nazairiens.
Pourquoi la culture est-elle toujours sacrifiée en temps de crise ? Pas indispensable pour les esprits calculateurs, étroits et peu ambitieux...?
Au contraire, n’est-ce pas en temps de crise que nous avons le plus besoin de la musique, de la culture en général pour se détendre, s’évader, se rencontrer, partager...

Il n'est pas judicieux de nous "clouer le bec" arguant de l’existence de la Folle Journée…made in Nantes. Ce n’est pas du tout le même programme !
Après l’indignation, ne faut-il pas maintenant se mobiliser, créer un mouvement citoyen ?

P.J.

Je veux vous dire ma grande déception à la lecture des articles du journal OF quant à la probable "disparition" du festival que nous fréquentons depuis très longtemps. Reste-t-il une possibilité de continuer ??

L.

C'est toujours pareil, on sacrifie toujours l'art et je regrette infiniment ces concerts et cette dynamique artistique que vous aviez apporté à St Nazaire et dont nous avons bénéficié grace à votre initiative de faire connaitre et aimer la musique à ceux qui n'avaient pas cette chance ou qui par la proximité pouvaient en profiter en de meilleures conditions . C'est une triste nouvelle . Merci pour ces années passées et ces artistesqui sont venus avec simplicité nous faire partager leur passion.

MC

Bonjour à toutes et tous, Fidèle spectatrice de "Consonances" depuis le début, je suis consternée... Que de beaux discours, élogieux, encourageants... lors de l'édition 2014 ! Tout cela pour 0 euro de subvention en 2015 ! Au profit du "populaire" soit disant ! Populaire ou populiste ?

C.B

Je viens d'apprendre avec stupeur le fin de "Consonances", j'assistais régulièrement aux concerts, venant d'Angers.
Le climat des rencontres était particulièrement agréable, mêlant grands talents et convivialité.
L'esprit d'ouverture au plus large public était un argument fort qui attirait tant les mélomanes avertis que des auditeurs novices.
La forte personnalité de Philippe Graffin avait su créer un très beau moment autour de la musique et des grands interprètes, lui-même, Claire Désert, Gary Hoffman, Marie-José Jude, l'année Gitlis et tant d'autres.

A quoi pensent les municipalités en supprimant des manifestations qui font une partie de leur renommée? L'accès à la culture musicale vraie les gêne donc tant pour ne laisser la place qu'à l'aspect "débraillé"?

J.F

"La grande erreur de notre temps, ça a été de pencher, je dis plus, de courber l'esprit des hommes vers la recherche du bien-être matériel, et de le détourner par conséquent du bien-être intellectuel."
Ce n'est pas récent, c'est signé Victor Hugo, un homme de GAUCHE, attaché à ce bien si précieux, la culture pour tous.
En soutien au Festival Consonances, qui s 'arrête, brutalement.

T.O

Je suis particulièrement outrée et triste de voir disparaître le festival Consonances qui nous ravissait tous les ans et que je n'envisageais pas détruit si facilement et sans complexe par la nouvelle municipalité.C'est une très grosse perte pour notre ville qui pouvait s'enorgueillir d'un festival de très grande qualité tenu à bout de bras par des bénévoles de plus en plus nombreux et fidèles. Nous vivions la musique en direct au mois de septembre et le public était toujours là ! je trouve cette prise de décision particulièrement honteuse et malheureuse. Merci à tous ceux qui ont permis aux amoureux de la musique de vivre de si grands et beaux moments et honte aux destructeurs.

F.T.B

(...) il est vrai qu'il m'a fallu du temps pour "digérer" cette information.
J'ai été choquée sur le fond et la forme de la décision de l'équipe municipale de supprimer son aide à la réalisation de ces rencontres musicales de haut niveau.
Quelle hypocrisie d'embaucher une personne à plein temps pour gérer la prochaine(ex) saison de Consonances et de laisser travailler toute l'équipe des bénévoles sur une réorganisation du festival pour annoncer brutalement la fin des subsides .
Piètre consolation que de mettre en avant pour les nazairiens la vitrine des folles journées avec des concerts à 2 euros qui seraient gratuits en d'autres temps dans le cadre des auditions du Conservatoire censé Rayonner Départementalement...
Peut-on envisager une pétition en ligne pour que tous les partenaires et le public de Consonances puissent manifester ouvertement leur mécontentement à l'égard de cette scandaleuse décision.
Même si les dés semblent hélas bien pipés, il serait dommage de ne pas piper mot devant l'arrêt de ce festival qui privera les nazairiens de ces moments tant attendus chaque année et qui risque bien pour ceux qui en auront les moyens de se tourner vers les concerts de Nantes...
En cette nouvelle année je vous souhaite bon courage pour rebondir et remercie toute l'équipe d'a tempo pour son travail remarquable.

B.V

C'est avec une grande déception que j'ai accueilli la nouvelle annonçant la suppression des subsides à A Tempo permettant d'assurer le fonctionnement de Consonances.
Est-ce le début du rognage des fonds destinés à la culture de qualité ? En tout cas ça y ressemble ... car économiser une infime partie du budget de la ville lui fera perdre beaucoup en rayonnement.
Consonances était un des plus beaux emblèmes culturels de Saint-Nazaire, c'était le rendez vous annuel attendu par plusieurs milliers de passionnés et de bénévoles. C'était une des plus belles créations de Joël Batteux qui a su tirer notre ville vers le haut.

Prétextant qu'il reste la Folle Journée montre le piètre niveau de culture musicale des décideurs. Auront-ils autre chose à proposer ? Nous les attendons ...

J'assure toute ma sympathie et mon soutien à l'équipe d'A Tempo.

JC. P.

Fidèle auditrice depuis sa création, je ne peux me résoudre à son arrêt brutal . J'attends un sursaut de la ville, une invitation à imaginer des solutions pour boucler le budget, faire une étude précise des subventions allouées aux associations . Est-ce incongru de diminuer très légèrement les subventions à chacune des associations de la ville pour les verser à A Tempo ??? je vous salue pour tout le travail effectué et espère bien que le festival n'est pas déjà enterré.

Z.R

A toute la formidable équipe de "Consonances",

MERCI !

Comment exprimer tout ce que nous avons vécu, découvert, aimé passionnément pendant vingt-quatre ans à Saint-Nazaire ?

Etait-ce trop beau pour durer ?... J'ai toujours été consciente du privilège de vivre ce festival ouvert à tous, d'un naturel et d'une simplicité vrais, aussi bien de la part des musiciens que Philippe Graffin nous présentait comme des amis, que de la part de l'équipe d'A Tempo en parfaite harmonie.

Je ne pourrai pas évoquer tous les moments de bonheur partagés, ces rendez-vous annuels avec les musiciens :
... retrouver, par exemple, Frédéric Chiu qui, les premières années poussait la poussette de son bébé qui, cinq ans plus tard, montrait déjà du talent pour les percussions, un soir de clôture, alors que nous étions enveloppés dans les couvertures roses municipales pour nous abriter du vent frisquet de la base sous-marine...
... et le cercle dominical dessiné par les auditeurs, dans la chapelle des Franciscains, autour de Gary Hoffmann jouant divinement les partitas de Bach, avant une dégustation d' huîtres au goût incomparable...
...et le bain de musique fluide où nous immergea ce c(h)oeur nordique...
... et la présence de ces compositeurs vivants lors de la création de leur oeuvre, Philippe Hersant, Henri Dutilleux, David Matthews qui parle de sa ferme...
...et, assis(e) recueilli(e) au premier rang - après avoir, en prélude, attendu, impatient(e), devant l'huis, en parlant musique - recevoir le cadeau intime d'une oeuvre musicale, de la part d'un ou plusieurs musiciens comme s'il(s) ne jouai(en)t que pour vous..
... et le message extraordinairement ému d'Ivry Gitlis dans le repaire des U-Boot...
... et l'exquise surprise de Noël 2013, entre deux trains, de Claire Désert et Philippe Graffin qui nous faisait partager, en toute "familiarité", sa vie de musicien, l'âme de"Consonances".

MERCI beaucoup !

...et peut-être faut-il garder espoir...?

D.R.C

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Anne-Marie 03/02/2015 20:07

Chers hommes/femmes politiques, réagissez ! Ces délicieux moments ne sont pas superflus, mais essentiels ! Tous mes encouragements à l'équipe de Consonances !

Sacha Cz. 22/12/2014 07:55

Et où ira l'écho du piano si Consonances disparaît ?

Helena 18/12/2014 22:45

Je reste sans voix, je ne trouve pas les mots, je suis attérrée.
Cela ne correspond pas à ce qui avait été évoqué il y a quelques mois avant la dernière édition.
Quelle immense déception et quelle perte pour Saint Nazaire, pour tous ceux qui ont créé, dirigé, vécu ou fait vivre ces moments magiques. Et surtout une immense perte pour le public
Je suis très triste. C'est comme une petite mort
Mais n'y a t-il aucun espoir ? aucune solution pour reprendre et continuer même sous une autre forme ? Je suis assez naïve pour penser que oui. - Si ensemble nous cherchions ?
Nous ne pouvons pas laisser partir un tel joyau, car c'est bien de cela dont il s'agit, les nazairiens avaient un bijou à porter de main.